DiRT 5
0

La série de jeux DiRT a été créée à partir de la grande série de jeux de course « Colin McRae Rally ». Après la mort tragique du célèbre pilote Colin McRae, qui a donné son nom au jeu, le jeu a été rebaptisé DiRT et est devenu de plus en plus un festival de « courses extrêmes dans la boue ».

En 2015, les développeurs ont toutefois décidé de revenir aux sources et ont publié DiRT Rally. Il ne s’agirait pas seulement d’un rallye classique, mais la direction vers le hardcore et une plus grande complexité était immédiatement perceptible. En 2019, la suite DiRT Rally 2.0 a été publiée. Il s’agissait probablement du jeu de rallye le plus cool et le plus méchant de ces derniers temps, offrant un véritable plaisir à ceux qui aiment se faufiler entre les arbres et les pierres sur des chemins étroits. Il semblerait que Codemasters ait ensuite décidé de développer un jeu pour ceux qui aiment rouler dans la boue, mais qui ne veulent pas souffrir à chaque virage. C’est ainsi que DiRT 5 est né.

Qu’est-ce qui t’attend dans DiRT 5 ?

Dans DiRT 5, il ne s’agit plus du tout de combats hardcore avec la route ou la voiture. En même temps, Codemasters a fait un excellent travail sur le plan visuel : Le jeu donne l’impression que tu es vraiment un pilote de rallye cool et en même temps, tu te débrouilles parfaitement avec les commandes. La boue vole sous les roues, le moteur rugit à haute vitesse, la caméra tremble et tu passes latéralement dans une autre flaque d’eau, en évitant habilement les adversaires. Le jeu prend de la vitesse, le jeu donne de la vitesse et tu te sens comme un roi et un super professionnel.

En même temps, DiRT 5 est un jeu d’arcade dans lequel même la désactivation de tous les assistants ne t’empêche pas d’entrer tranquillement dans les virages sans te retourner si tu appuies trop fort sur l’accélérateur. La conduite automobile devient bien sûr un peu plus difficile, mais il n’est pas question de souffrir. De plus, Codemasters produit des jeux de course depuis longtemps, ce qui fait que le jeu se révèle être un hybride de très grande qualité : tout est contrôlé très simplement, mais on a l’impression que c’est compliqué.

De même, l’environnement de jeu de DiRT 5 est encore meilleur que celui du dernier Need for Speed. Ajoutez à cela une ambiance de vacances, de bons graphismes, des effets météo sympas, des détails de qualité pour les voitures – et il semble que tous les ingrédients du succès soient réunis. Mais après quelques heures, cet effet disparaît.

Problèmes dans DiRT 5

Le premier problème est l’étrange ajustement de la difficulté du jeu. En mode de difficulté normale, nous avons pu parcourir presque tous les circuits sans problème. En même temps, plusieurs courses séparées, axées sur le drift, se sont révélées extrêmement difficiles. À tel point qu’il est presque impossible de se classer ne serait-ce que parmi les trois premiers.

Les ennemis dans DiRT 5

À notre avis, le problème est ici des ennemis trop corrects. Ils ne se comportent pas de manière chaotique, mais suivent simplement une trajectoire idéale. Si tu fais le maximum sur des circuits ordinaires et que tu peux dépasser tranquillement dans une dérive, tu ne frappes tout simplement pas l’adversaire là où les dérives ont le plus d’influence sur le résultat. Par exemple, la course sur un lac gelé est presque un dérapage constant pour le joueur, alors que l’IA ne dérape pas du tout, à moins que tu ne la percutes toi-même. Et c’est étrange si l’on considère que le but du jeu est en fait de rouler constamment dans des flaques d’eau et de la boue.

Il serait certes possible de se passer de l’intelligence artificielle et de jouer simplement en multijoueur, mais voilà déjà le deuxième problème : les matchs sont très longs à trouver, voire pas du tout. Nous avons certes réussi à faire quelques courses, mais elles étaient parfois nettement moins bonnes que les courses de la carrière. Par exemple, lorsque nous étions trois à ramper dans un buggy sur une piste verglacée. On avait l’impression que cette catégorie de voitures n’était pas vraiment adaptée à la surface de la route, car les voitures tournaient tout simplement de manière sauvage et il était presque impossible de conduire. Malgré ces problèmes, la physique de surface du jeu est vraiment correcte et les voitures ne roulent pas sur la glace ou les flaques d’eau comme sur l’asphalte.

Malheureusement, il n’était pas du tout possible de jouer en mode Party Games, car il n’y avait pas de session unique. Il reste donc la possibilité d’inviter un ami et d’utiliser le mode écran partagé. Vous pouvez également jouer aux machines à sous sur le thème de la course avec un ami sur un deuxième appareil mobile. Dans cette archive de machines à sous gratuites, vous trouverez des machines à sous sur le thème de la course, par exemple. Mais si vous voulez jouer pour de l’argent réel, le projet web SlotsUp En suggère de jouer au powbet casino.

jeu conduite

L’environnement de jeu de DiRT 5

Revenons à la carrière et examinons les circuits, car l’environnement de jeu est vraiment impressionnant. Mais voici malheureusement le problème numéro trois : les courses sont très similaires les unes aux autres. Par convention, elles peuvent être divisées en trois types : tours, en ligne droite et gymkhana (sauts et dérives dans une arène spéciale). Les tours sont à leur tour divisés en ordinaires, sur glace ou dans un cercle ovale idéal. Les courses en ligne droite sont divisées en un sprint régulier et une course de « parcours difficile » dans un buggy spécialement renforcé. En fait, il s’agit d’une course assez simple dans une voiture bondissante sur un circuit spécial avec beaucoup de drops. Ça a l’air cool, mais comme le jeu est arcade, la troisième fois est déjà ennuyeuse.

Il est clair que les courses sur la glace ne sont pas comparables aux courses habituelles sur circuit et que les conditions météorologiques et l’heure de la journée changent parfois le parcours comme si tu le parcourais pour la première fois. Ton moyen de transport fait une différence encore plus grande – il y a différentes catégories de voitures et celles-ci se comportent aussi différemment sur la route. Ainsi, voler dans la boue avec une Porsche 911 n’est pas la même chose que de rouler sur le même circuit avec un buggy.

Malheureusement, au milieu de la carrière, on a l’impression d’avoir déjà tout vu et le jeu ne nous surprend plus beaucoup. Par exemple, la course suivante, tu conduis tranquillement une voiture dans la neige qui tombe la nuit, sans rien remarquer de particulier. Cela est favorisé par l’absence de l’augmentation de la complexité décrite ci-dessus.

Revenons aux fondamentaux

Les scénarios du jeu sont superbes, bien modélisés et dotés de paysages variés. Nous voyageons de la Chine à l’Italie, aux États-Unis et à la Suède. La diversité des terrains possibles est très bonne et contribue à donner un nouveau feeling à la course.

Moins surprenant est la voiture, le véritable protagoniste du jeu. Les détails généraux sont franchement assez décevants.

Cela devient pire si l’on considère que les chutes de framerate sont très fréquentes, tout comme la fenêtre pop-up très voyante avec des ombres. D’un autre côté, il faut noter l’absence de rétroviseurs fonctionnels, qui ne reflètent finalement pas correctement ce qui se passe derrière les épaules du joueur, ainsi que l’absence de tout effet sur le pare-brise.

Ce retard technique sur les voitures est vraiment dommage, car les modèles de voitures sont nombreux. On parle d’une soixantaine de SUV issus de prototypes de 900 chevaux, jusqu’à des voitures R5 et des voitures historiques des années 70.

En revanche, le son est très bon, un bon choix de musique a été fait et le doublage a été réalisé avec soin. Pour chaque scénario, il y a même un commentateur qui commente en temps réel ce qui est en train de se passer dans la course.

De plus, un dommage n’a presque aucun effet, car il se limite à l’esthétique et n’a que peu ou pas d’influence sur la conduite.

Conclusion

En fin de compte, DiRT 5 est une tentative de faire quelque chose qui ressemble à un rallye, mais qui est accessible à tous. Et il est difficile de ne pas être d’accord avec le fait que c’est exactement ce que Codemasters a réussi à faire. DiRT 5 n’essaie pas d’être le meilleur jeu de course du monde, il veut juste te faire passer un bon moment. Malheureusement, il y a quelques détails assez agaçants dans le jeu qui diluent un peu le plaisir.

Les fans de jeux de simulation de course sérieux s’ennuieront probablement déjà après une demi-heure. Si tu as déjà joué à Forza Horizon, tu n’auras pas grand chose à faire dans DiRT 5. Mais pour les pilotes de course modestes parmi nous, qui préfèrent ne pas toucher aux jeux de simulation complexes et qui veulent juste s’amuser à conduire des voitures colorées dans la boue, DiRT 5 est parfait.

5 façons d’utiliser les autocollants et les étiquettes pour renforcer l’image de marque de votre commerce électronique

Article précédent

À Lire aussi

Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *